( 8 février, 2014 )

confontation Arthuriens contre Wisigoths à l’AdG

Le club des Chevaliers du Littoral est passé de Field of Glory à l’Art de la Guerre pour représenter les batailles antiques et médiévales. Bien que n’allant plus que trop peu souvent chez les montivillons, ou que l’on dit « les maqueux d’oreilles », il va bien falloir que je me mette à cette fichue règle.

Après 5  parties, je vais me permettre une petite analyse de cette règle, avec donc de peu de recul.

  • la reprise du système de corps de DBM est génial, et représente, à mon sens, les missions allouées à tels ou tels corps.
  • le dé d’activation est aussi un recyclage de DBM. En effet,  il parait étrange que tous les ordres donnés par un général passent, comme dans FoG. Toutefois, la nouveauté est de faire influer ce dé par la qualité du général. Et bien là, je dis : « idée grandiose !! » Il me parait en effet logique qu’un bon général soit plus réactif et donc donne plus d’ordres, qu’un général débutant un commandement.
  • petit bémol. Le dé reprend une part trop importante du jeu, comme à DBM. Le dé fait parti de notre activité ludique certes. A FoG par exemple, une grande quantité de dés est lancée, cela permet donc d’avoir une moyenne/un lissage. Prenons juste un exemple de de la partie d’hier : mon général inclus dans une cavalerie lourd arthurienne (Elite) charge de flanc un général wisigoth ayant les mêmes caractéristiques (mais Normal). 4/1 pour moi au dé de base, pour un  résultat nul, grâce  à mon Elite qui transforme mon 2 en 3 (4+3 = 7).
  • la taille de la table est plus petite, donc moins de terrains à poser, tout comme moins de figurines. Moralité : moins de dépenses, LOL. Et puis, petite chose toute bêtes mais 2 tables standards pour FoG ou DBM, permettent de faire tenir 3 batailles AdG. Ce point est intéressant pour les conventions et tournois.
  • il y a tout de même des points de règle qui me surprennent … Par exemple, il est possible de charger directement sur son flanc.

Bon occupons-nous de cette partie avec mon pote Niko. Je lui propose mes arthuriens face à ses wisigoths.

Jouant contre du wisigoths,  je souhaite « casser » le terrain au maximum. Pour cela je prends l’option de l’infranchissable et de champs. L’infranchissable pris est un volcan, surement un moment de nostalgie avec mon voyage en Islande de novembre dernier … ;-) Cet élément servira de point d’appui pour mon infanterie lourde. Les champs eux seront le refuge, puis le point de départ d’une attaque. Voici une photo suite au déploiement :

DSC_0019Wisigoths :

  • son aile droite : 3 archers légers dans le champs.
  • son centre : 12 infanterie barbare
  • son aile gauche : 2 corps de cavalerie composés chacun de 4 Cv lourds, général inclus et 1 LH.

Arthuriens :

  • mon aile gauche : 3 irlandais impétueux supportés par 2 archers légers
  • mon centre : 8 infanterie britto-romaine (4 du corps de l’aile gauche + 4 du corps central), cavalerie de réserve (1 Cv arthurienne* + 1 Cv lourd + 1 LH)
  • mon aile droite : 3 Cv arthuriennes + 1 LH. les 3 bases d’infanterie moyenne et le javelinier viendront soutenir le centre …

mon plan :

  • aile gauche : prendre le terrain  et menacer le flanc du « mur barbare ».
  • centre : contenir l’infanterie barbare adverse. amener l’infanterie moyenne de l’aile droite en support.
  • aile droite : soutenue par la  réserve de cavalerie du corps central, le but est de contrer la cavalerie adverse, malgré le sous effectif (4 Elite + 1 Normal contre 8 Normal).

DSC_0027LA grosse erreur de la partie. Je n’aurais jamais dû attaquer les barbares. Pris par l’action menée sur l’aile droite, j’engage le combat. Mal m’en a pris !! Étrangement l’infanterie moyenne a mieux tenue que l’infanterie lourde britto-romaine …

DSC_0028Mon aile gauche qui fait le « job » comme l’on dit …

  • prend le terrain.
  • occupe 3 tirailleurs + 4 puis seulement 3 infanteries barbares.
  • repousse les 3 tirailleurs hors de table.
  • charge de flanc les barbares, et passe leur morale à -3 dès le 1er impact, sans pouvoir les mettre en déroute au second … :’(

 

résultat :

Une défaite est à la clé, avec 26 pertes sur 24 à la fin du tour de Niko. Les wisigoths ont subi 21 pertes pour un seuil à 25.

Je constate que je « maitrise » un peu mieux la règle. Sur cette partie, je me suis laissé embarqué dans un rapport de force frontal ce qui n’est ni la force de cette armée, ni ma façon d’ordinaire de jouer … Toutefois, cette erreur m’ouvre les yeux sur un point : ne pas oublier de « reformer » les petites unités périphériques. En effet, avec un peu de recul et en revoyant les photos de la fin de cette partie, j’aurai pu allègrement reformer des plaquettes non au combat. Une victoire à la Pyrrhus aurait pu être la destinée de cette bataille.

Donc, au delà de jouer sa stratégie et de se tenir au plan prévu, il faut que je sois vigilant à penser à reformer les troupes dégradées.

Une nouvelle bataille nous attend vendredi prochain. Il faut bien préparer le Tournoi Normand 2014 !!

 

( 22 juillet, 2013 )

partie AdG – Syracuse vs Arthuriens

Je me laisse tenter par une 2ème partie d’Art de la Guerre avec mon pote Niko. Il faut bien tester et s’adapter à la dynamique locale, qui tend à abandonner Field of Glory pour AdG. Pour ce test, je décide d’aligner une armée qui me convient dans sa structure et identité : les « sub-roman british » ou romains-brittons. Il est possible de retrouver ma liste ici. Niko, lui, alignera des syracusiens, armée qu’il joue en ce moment, en vue d’une campagne italique.

Cette partie a été très longue, car en bon pédagogue, Nicolas a pris son temps pour l’expliquer la règle. De plus, les apéros aidant, du retard supplémentaire a été pris …

Mon déploiement est simple : des ailes fortes, un centre vide. J’adapte donc la stratégie du « ventre mou » d’Hannibal à ma convenance. L’infanterie moyenne prendra le terrain, l’infanterie lourde les appuiera en terrain clair. La cavalerie, qui a été placée au centre, se portera là où elle est nécessaire pour enfoncer le clou sur mon partenaire.

partie AdG - Syracuse vs Arthuriens dans Rapports de bataille dsc01440

Mon aile gauche :

  • Les irlandais (infanterie moyenne) prendront le terrain, précédés de tirailleurs armés de javelots.
  • Les romains-brittons (infanterie) appuieront les irlandais en longeant le champs.

=> les tirailleurs cèdent dans une escarmouche face aux archers adverses (suite aux tirs).

=> les irlandais prennent le terrain, poussent les tirailleurs adverses hors de table, prennent de flanc les hoplites mercenaires, puis les gaulois.

=> les romains-brittons se sont pris une charge de gaulois appuyés d’hoplites mercenaires, et ont cédé. Certes les gaulois ont un avantage à la charge, et en cas de victoire affaiblissent encore plus le perdant du combat. Mais suite à des 3/5 aux dés en ma défaveur, je me retrouve avec une perte de 3 points de cohésion.

Mon centre :

  • La cavalerie légère devra harceler la ligne adverse, et freiner leur avance.
  • Les chevaliers d’Arthur devront frapper là où une brèche sera ensuite exploitable.
  • Les tirailleurs pourront venir couvrir l’infanterie lourde de l’aile gauche si celle-ci est harcelée par des tirailleurs.

=> les tirailleurs seront restés en réserve dans un champ toute la partie afin de protéger mon camp d’une attaque de LH.

=> la LH a chargé son équivalent adverse, sans succès. Elle sera détruite par appui de cavalerie lourde adverse.

=> la cavalerie arthurienne a chargé la cavalerie lourde adverse. Chargeant en position d’avantage, elle cède sur des jets de dés malheureux.

dsc01448 dans Rapports de bataille

Mon aile droite :

  • L’infanterie romaine-brittone flanquera l’infanterie moyenne brittonne.
  • L’infanterie brittonne prendra le terrain (ravine).
  • La cavalerie (lourde + arthurienne) accompagnée de la LH contournera la ravine pour contourner l’armée adverse.

=> la cavalerie atteint son objectif. Elle fit céder la cavalerie adverse. Au final, elle se retrouva même à peu de distance du camp adverse.

=> l’infanterie brittonne entra dans la ravine, où des hoplites syracusiens trainaient. Après les avoir détruits, les britons sortirent de la ravines pour attaquer de dos les autres hoplites syracusiens.

=> l’infanterie romaine-brittonne bloqua les hoplites syracusiens, bien qu’en infériorité numérique. avec l’aide des brittons attaquant de dos, il en était fini des hoplites.

dsc01447

Bilan :

Un plan était prévu, il fut appliqué, et il amena la victoire aux romains-brittons. Mon aile droite a été parfaite dans l’exécution de ce plan d’ailleurs.

La répartition en corps d’armée et l’attribution de points de commandement me rappellent aux bons souvenirs de DBM. D’ailleurs, ce point est bien plus intéressant qu’à FoG, car il n’est pas forcément possible de mener à bien toutes les actions désirées. Cela représente bien à mon sens la difficulté de faire transmettre des ordres sur un champs de bataille.

Par contre, il faut bien trouver des défauts, ^^, la prépondérance du dés me dérange. Cela me rappelle trop les 1/6 de DBM qui peuvent faire basculer une bataille avec une LH qui attaque seule de flanc. En effet, tout un secteur peut céder sur une mauvaise série de dés. Toutefois, il faut reconnaitre que l’auteur de la règle a eu la très bonne idée de proposer l’utilisation de dés de moyenne (2-2-3-4-5-5).

La possibilité de pouvoir déclencher une charge via son côté ou son arrière tout en perdant 1 UD est surprenant au premier abord. En effet, cette possibilité n’avait jamais été rencontré jusqu’à présent dans aucune règle jouée. Mais bon, pourquoi pas …

( 4 août, 2010 )

Partie FoG champêtre chez l’ami Niko

Cela faisait bien longtemps que je n’avais posté un article. L’occasion d’en faire un sur une bataille dans le jardin de Niko était parfaite.

Pour cette partie, j’ai décidé d’aligner mes indo-grecs. Passant la jouer au prochain tournoi de Clichy, les 25 et 26 septembre prochain, quelques parties d’entrainement s’imposent. Niko, quant à lui, m’oppose ses éternels romains républicains.

Déploiement de nos armées :

Nicolas a l’initiative. Il choisit un champs de bataille du type rural.
Niko décida de poser une rivière pour s’assurer un flanc, une voir romaine, un champs et une colline douce.
Pour ma part, j’opte pour un maximum de champs (ouvert et clos) vu ma supériorité en troupes légères et infériorité en infanterie lourde.
Nous nous déployons donc ainsi :

03082010420.jpg

 

Niko (de son aile gauche à la droite) :

  • 4 BG de 4 principes (HF, (S), arm, impact, skilled swordmen)  => des gros bourrins.
  • 2 BG de 2 triarii (HF, (E), arm, off spearmen)
  • 1 BG de 4 vélites (LF, (A), unpr, javelins, light spear)
  • 1 BG de 8 allié italiens (MF, (A), prot, light spear, swordmen)
  • 2 BG de 4 cavaliers : (Cv, (A), arm, light spear, swordmen)

03082010423.jpg

moi (de mon aile droite à la gauche) :

  • 2 BG de 8 phalangistes (HF)
  • 2 BG de 2éléphants (El)
  • 1 BG de 4 chars lourds indiens (HCh)
  • 1 BG de 6 archers indiens (MF)
  • 1 BG de 6 archers crétois (LF)
  • 1 BG de 6 archers indiens (LF)
  • 1 BG de 4 cavaliers saka (LF)
  • 1 BG de 4 cavaliers grecs (Cv)
  • 1 BG de 4 cavaliers indiens (Cv)
  • 1 BG de 8 thureophoroi (MF)
  • 1 BG de 8 archers indiens (MF)
  • 1 BG de 6 archers indiens (LF)

Plan :

Niko, ayant posé une rivière, il était assez logique qu’il s’appuie dessus avec ses légionnaires pour s’assurer un flanc.
Vu la petite armée de mon adverse, mon objectif est simple. Il s’agit de casser rapidement sa cavalerie et ses troupes auxiliaires (LF et MF). Ensuite, je pourrais envelopper ses troupes lourdes.
Toutefois, pouvant jouer en premier (c’est Niko qui avait l’initiative) et vu le déploiement final de nos 2 armées, je décide d’être agressif partout. Je n’écoute donc pas les conseils de maitre Sun Tzu (lire : L’Art de la Guerre), qui affirme que attaquer partout revient à attaquer nulle part, donc d’être en position de faiblesse.

Déroulement :

Mon aile gauche enveloppe et anéanti 1 Bg de cavalerie adverse au tir.

030820104291.jpg

 

Mes cavaliers grecs, au centre, mettent en déroute le 2e Bg de cavalerie après un combat long et acharné. Il a fallu le soutien des thurephoroi pour en venir à bout.

03082010430.jpg

 

Mes cavaliers indiens, après avoir voulu aller renforcer l’aile gauche, font volte face et charge de flanc les alliés italiens, avec l’appui d’archers indiens qui tirent sur les éléments pouvant être pris pour cible. Ces mêmes archers indiens qui venaient de mettre en déroute un BG de vélites romains.

Mon centre droit (chariots et éléphant) font face aux 2 Bg de triarri romains supportés par 2 Bg de principes. Les chariots passent, mais les babars trépassent (les 2 en déroute). Toutefois les éléphants ont mis 1 Bg de principes en déroute.

03082010426.jpg

 

Mon aile droite avec ses 2 Bg de phalangistes tient le choc face aux principes, renforcés par un troisième BG de principes (celui qui a mis en déroute les éléphants ). Au fur et à mesure, ceux-ci perdent des éléments, de la cohésion, mais ne rompent pas.

03082010432.jpg

 

Bilan :

Cette victoire a été longue à se dessiner, mais au final, elle est totale. Je subis 3 points d’attrition.
Ma « panzère diviziooone » a fait son boulot.
Les phalangistes ont tenu sans soucis face à des troupes ultra solides comme les principes, qui en plus relancent tout le temps leurs dés.

03082010424.jpg

 

En bref une super partie avec mon pote Niko. Jouer dans un jardin change du cadre habituel de notre local à Montivilliers, c’est super sympa.

 

( 2 août, 2008 )

FoG – Indo-Greek Vs Mid-Republican Roman

Aujourd’hui, j’affronte le redoutable « bol au dé« , très bien connu des IPOs. Je m’attends au pire vu la chance dont bénéficie Virgil en temps normal. Pour exemple, ces trois premiers dés lancés donnent : 6 – 6 – 4. Le ton est donné.

Vu les erreurs tactiques que j’ai faites contre Robin, je persiste à jouer mes « Indo-Greeks”. Etant en phase d’apprentissage de la règle, je pense qu’il vaut mieux me limiter à une voir deux listes d’armées, pas plus.

Le terrain est placé.
Comme a chaque fois, mon adversaire a l’initiative. Virgil choisit « agricultural ». Je décide de me mettre le maximum de terrain inégal, vu l’armée qu’il joue : du « Polybe Roman ». L’arme de Virgil est composée de pas moins de 20 BG !!!!!!

Déploiements :

Je passe le déploiement de Virgil, car il s’agit d’une ligne  avec une multitude de BG de légionnaires, et 4 BG de LF en écran. Sur son aile gauche, il dispose sa cavalerie.

De mon coté, je choisis au centre de mettre ma force de rupture : El + Hch + EL, avec les crétois en support. Je dispose mes piquiers sur mon aile gauche avec les thuréophoroï et 1 BG de LF. Sur ma droite, j’aligne comme d’habitude mes javeliniers et les archers indiens derrière un écran de LF. Ma cavalerie (Cv) est disposée dans un rôle de réserve, en effet je me rappelle encore comment elle s’en fait réduire en boullie la dernière fois. Mes LH vont harceler.

pict008.jpg

Déroulement de la bataille :
sur ma gauche : 

  • mes LF, je dégomme au tir 2 BG de vélites romains.
  • les thureophoroi mettent en déroute les MF romains, et tiendront face aux triarii.
  • les piquiers chargent les légionnaires, qui essaieront de prendre ma phalange de flanc.

pict010.jpgau centre :

  • les Hch font craquer 2 BG de légionnaires.
  • les éléphants mettent en déroute 1 BG de légionnaires et en mettent 1 Bg en fragmenté.
  • les scythes envoient les LH romaines rejoindre leurs ancêtres.

pict009.jpg

à droite :

  • mes archers indiens (8 plaquettes) tiennent bon face un 1 BG de légionnaire et 1 BG de triarii.

pict012.jpg Bilan : 

Virgil abonne la partie losque j’atteins 13 points de victoire. Il me suffisait d’encore deux phases, je pense, pour venir à bout de cette armée.
Concernant l’armée proprement dite, mon choix de déployer les chariots alliés indiens (Hch) encadrés par 2 Bg d’éléphants me parait être pas mal du tout. Il est vrai que je ne peut pas marcher en ligne de bataille, mais les 3 BG bougeant à la même vitesse, donc moins dérangeant.
Juxtaposer la phalange et les thurophoroi est également intéressant. Celà donne une bonne force de frappe.
Par rapport à ma partie avec Robin, je ne me suis pas enfermé dans une pseudo-bulle et j’ai joué de façon agressive, et celà paie.
L’enseignement à tirer de cette partie est simple : s’appuyer sur le terrain, ne pas déjouer, et être agressif.

( 30 juillet, 2008 )

FoG – Indo-Greek Vs Palmyrian

J’attaque ma 4ème partie de FoG depuis la publication de la règle. Mon adversaire du jour est : Robin, celui qui maitrise le mieu la règle au sein des Chevaliers du Littoral. Je sens que je vais souffrir.

Fier de ma victoire de la semaine dernière, je décide de jouer la même armée, c’est à dire « Indo-Greek ». Je n’y apporte aucune modification.
Comme je m’en doutais, Robin retourne à ses premiers amours, et va donc aligner une armée « Palmyran ».

Le terrain est placé.
La steppe est choisi par Robin, et çà se voit. Je n’ai qu’une malheureuse brousaille sur ma droite où je puisse m’appuyer. snifff …

Déploiement de Robin (de ma gauche vers ma droite) :

3 BG de cavaliers (LH – en écran sur toute sa ligne de front)
2 BG de cataphractes (Ct)
1 BG d’auxilaires (MF)
1 BG d’archers (MF)
3 BG de légionnaires soutenus par des archers (2 HF + 1 MF)
2 BG d’archers (LF)

Mon déploiement (de ma gauche vers ma droite) :

1 BG de cavaliers scythes (LH), auquel j’ai oublié 2 plaquettes
1 BG de cavaliers grecs (Cv)
1 BG de cavaliers indiens (Cv)
1 BG de chariots indiens (Hch)
2 BG d’éléphants 
1 BG de phalangistes (HF)
1 BG de thurephoroi (MF)
1 BG de javeliniers indiens (MF)
1 BG d’archers indiens (MF)

3 BG d’archers indiens des montagnes (LF – en écran)
1 BG d’archers indiens (MF – allié et classé « Poor » – en fond de table)

pict004.jpg

Déroulement de la bataille :
sur ma gauche : 

  • bah ……. j’ai pas d’aile gauche. Robin réalise un contournement de mon armée par mon flanc droit, avec 2 BG deLH et 2 de Ct.

au centre gauche :

  • les Hch vont renvoyer voir leur ancêtres aux éléments du BG d’archers qui est venu à proximité.
  • les 2 BG d’éléphants vont manoeuvrer sans arrêt pour finalement aller taper des cataphractes, qu’ils n’ont pas eu le temps de mettre en déroute.
  • les cavaliers indiens vont se faire tailler en pièce par les cataphractes. Il s’agit de mon premier BG à partir en déroute.
  • les cavaliers grecs vont tenter de tenir face à la supériorité numérique et qualitative de l’adversaire.

au centre droit :

  • la phalange bouge pour rien. Elle a été mal déployée, il s’agit du seul BG qui bouge de 3 MU dans l’armée.
  • les thureophoroi arrivent à mettre en déroute le BG de « lanciarii ».

à droite :

  • les 2 BG de LF partent à l’assaut des LF adverses. Une charge pour rien.
  • le BG d’archers crétois fait face au « lanciarii » pour tenter de les désorganiser mais sans succès. Il fuit au charge succéssives dont il fait l’objet.
  • le BG d’archers indiens et celui de javeliniers tentent de rattraper les LF adverses, en appui des 2 BG de LF, mais sans succès.

pict005.jpg

 Bilan : 

La partie doit être arrêtée de bonne heure, pour des raisons bilatérales.
Je pense que si nous avions joué 2 tours de plus, je me serais haché menu. Toutefois, un voir deux autres BG adverses auraient rejoints leurs ancêtres.
Cette partie m’a permis de rectifier des erreurs que nous avions commises avec Sylvain la semaine précédente et d’éclaircir certains lécanismes de jeu.
Concernant les troupes, je me rends compte que les « offensive spearmen » sont des troupes très solides, même en MF, alliant force de frappe et mobilité. Les Hch sont des troupes destructices, alliant de son côté tir et force de frappe.
Le déploiement est vraiment ultra important à ce jeu. On en a la preuve avec cette partie. Je me déploie comme une biquette, et bien je le paie cash…

( 12 juillet, 2008 )

FoG – Indo-Greek Vs Late Republican Roman

Par cette belle journée de samedi, Sylvain et moi avons décidé de nous affronter sur la règle « Field of Glory« , en choisissant des armées antiques.

Sylvain décide d’aligner une armée « Late Republican Roman« .
De mon côté, je joue « Indo-Greek« .

Le terrain est placé.
Le centre est dégagé. A ma gauche, une colline est placée perpendiculairement au long bord de table, donc inutilisable pour moi. A droite, deux vignes feront office de point d’appui face à mon adversaire. 

Déploiement de Sylvain (de ma gauche vers ma droite) :

1 BG d’éléphants
1 BG de cavaliers lourds (Cav)
2 BG de cavaliers légers (LH)
1 BG de frondeurs (LF)
1 BG de cavaliers lourds (Cav)
3 BG de légionnaires (HF)
1 BG de ballistes
1 BG de légionnaires (HF)
1 BG de gladiateurs (HF)
1 BG de frondeurs (LF)

Déploiement de Yannick (toujours de ma doite vers la gauche) : 

1 BG de cavaliers grecs
1 BG de cavaliers indiens
1 BG de thurephoroi (MF)
1 BG d’archres crétois (LF)
1 BG d’archers indiens (MF – alliés)
1 BG de chariots lourds indiens (Hch – alliés)
1 BG d’éléphants (allié)
1 BG d’éléphants
1 BG de phalangistes (HF)
1 BG de cavaliers scythes (LH)
1 BG d’archers indiens (MF)
1 BG de lanciers indiens (MF)
2 BG d’archres indiens des montagnes (LF)

pict001.jpgdéploiement des armées.

Déroulement de la bataille :
sur ma gauche : 

  • je me trouve en mauvaise posture.
  • je décide d’amener mes archers alliés en soutien de ma cavalerie.
  • mes archers crétois réussissent à fuit à une charge de LH adversaire sans être rattrapés.
  • je tiens courageusement avec mes 2 BG de cavaliers face aux charges adverses. C’est un miracle que je résiste.
  • une fois, son BG d’éléphants éliminé, je donne tout sur ses cavaliers.

au centre gauche :

  • les SCh seront inefficace de toute la partie, mais ils ont fait peur.
  • les 2 BG d’éléphants sont morts face à des tirs à la fronde par les LF adverses.
  • le gros BG de piquiers (12 bases) est rentré au contact de 2 BG de légionnaires, et en a mis 1 en déroute.

au centre droit :

  • les cavaliers scythes se balladent et tirent sur ce qui est à portée.

à droite :

  • les 2 BG de LF partent à l’assaut des LF adverses, je les étrille au tir et entame le BG de gladiateurs, puis fuient fae à une charge de ceux-ci.
  • le BG de lanciers indiens reçoit la charge des gladiteurs. ils auraient mieux fait de mourir dans l’arène, la gloire aurait été plus grande.
  • le BG d’archers indiens tirent sur le BG de légionnaires et les entemment assez pour les faire partir en déroute suite à la déroute des gladiateurs.

pict003.jpgSylvain a l’air désabusé.

Bilan : 

Au final, la victoire des indo-grecs est sans appel.
Les éléphants sont super fragiles au tir. De pls, vu la faible taille de ce BG, il n’est pas étonnat de voir le résultat. Dès qu’une plaquette est retirée, le BG passe en « auto-break« .
Les chariots n’ont pas réalisés d’action d’éclat, mais on certainement fait douter Sylvain.
Les piquiers ont attaqué et percé face à une force plus nombreuse. A droite, il était logique que je passe.
Les ballistes servent, je trouve, juste à neutraliser une zone de la table.

Il est à noter que mon partenaire du jour, à vraiment, mais vraiment pas de chance avec les dés. Son premier jet de dés pour un test suite à un tir s’est soldé par un « double As ».

Avec cette partie, on se rends compte que le placement initial est beaucoup plus important qu’à DBM. En effet, mon adversaire s’était très bien déployer, et j’ai « ramé » comme un malade pour tenter de reconstituer une ligne cohérente par rapport à celle de Sylvain. Tout de ne se règle pas avec un « 6″, comme dans l’autre règle citée juste avant.
Cette partie était très plaisante, entre 2 joueurs qui découvrent à tatons cette règle. Il faudra remettre çà.

|